Libérer son énergiiiiiie grâce à l'ostéopathie !

Hello Mathilde !
On t’a découverte sur Instagram le mois dernier : ta communauté est déjà importante et super engagée. Tu montres ton quotidien avec beaucoup de sincérité et de pédagogie : ça nous a plu, au delà du fait qu’on découvrait un métier absolument passionnant. On a aussi écouté ton épisode du podcast CHUU, qui a fini de nous convaincre de te contacter afin d’en savoir plus sur ta pratique. 

Qu’est-ce qui t’a donné envie de faire ce métier ?

J’ai découvert ce métier grâce aux chevaux. J’adorais monter à cheval, et l’ostéo passait souvent au club équestre. J’ai fait des recherches sur les études pour faire ce métier, et j’ai découvert que les écoles pour ostéopathie animale formaient à tous les types d’animaux et pas seulement à l’Équine. Aujourd’hui je traite principalement des chiens et des chats. 

Quelle évolution dans la reconnaissance de l’ostéopathie ces dernières années ?

Avant il fallait être vétérinaire avant de devenir ostéopathe : le métier d’ostéo n’était pas reconnu. Il y avait un flou dans la loi à ce sujet. La pratique de l'ostéopathie animale est reconnue depuis une Ordonnance qui date de juillet 2011, mais la profession n’avait toujours pas son vrai diplôme. Depuis 2017, un décret valide les compétences en ostéo par l’Ordre des vétérinaires. Si on est validé et qu’on passe cet examen, on peut exercer. Au niveau du remboursement pour les patients, cette reconnaissance a changé les choses. Maintenant les mutuelles peuvent prendre en charge les séances, rembourser la totalité ou une partie jusqu’à un certain montant. 

Comment est-ce que tu t’es lancée ?

Depuis que j’ai commencé je suis sur la route, je vais à domicile chez les patients. Je suis souvent seule dans ma voiture. Via instagram, j’ai rencontré des filles qui faisaient aussi ce métier. C’est vrai qu’on a pas vraiment d’organisation ou d’association pro entre nous à date qui nous réunisse. Je donne des cours aussi. Mais là je viens de trouver un cabinet ! J’ai récupéré les clefs lundi. Il se situe dans ma région, à Collégien en Seine et Marne. Pour le moment je vais y exercer seule, mais il y a de la place ! J’aimerais bien m’associer à d’autres professions pour créer des synergies, en médecine complémentaire. 

 

Comment arrivent tes patients ?

La plupart du temps c’est pour un motif de consultation. Par exemple, quand rien n’est diagnostiqué à la radio chez le véto, quand on ne trouve pas de solution « clinique », on va se tourner vers les médecines alternatives. Si pas d’entorse ou de fracture : c’est souvent ostéo.
Soit le véto sait, soit c’est le patient : il connait bien l’osteopathie humaine, donc ils viennent naturellement pour leur animal. c’est un métier où il y a beaucoup de bouche à oreille.
Pour le moment je n’ai jamais du faire trop de travail d’évangélisation de la pratique avec les gens qui viennent me voir, au contraire ! Ils aiment prêcher une convaincue. Le seul moment où je dois expliquer les bienfaits de ce que je fais, c’est dans ma vie privée ! 

 

Pourquoi consulter ? Quels sont les motifs les plus fréquents ?

1. La boiterie chez le chien : due à l’âge, due aux folies pendant les balades, ou alors au sport.
2. Les maux de dos. On les remarque à une attitude raide. Si le matin l’animal met beaucoup plus de temps à se lever ou à se coucher. S’il ne va pas réussir à monter sur le canapé alors qu’avant oui, s’il a des difficultés à descendre les marches pour sortir de l’appartement. Pour le chat, c’est quand il ne peut plus descendre délicatement les escaliers, ou n’arrive plus à monter sur le plan de travail de la cuisine. On parle alors de dorsalgie.
3. Tout ce qui est viscéral : les problèmes gastriques, hépatiques, les soucis de digestion.
4. Les problèmes neuro : s’il y a de l’épilepsie, on peut diminuer l’activité neuronale. Les hernies (fréquentes chez les bouledogues par ex) peuvent provoquer un début de compression médullaire. 

Il existe aussi des cas de blocages émotionnels où le chien, le chat vont somatiser, exactement comme nous ! Ça se traite aussi via l’ostéopathie. Parfois il faut l’association d’un comportementaliste et de quelques séances avec moi. La prise de RDV est super importante pour poser les bonnes questions et bien définir le traitement. 

Quels bénéfices immédiats ou long terme ?

La plupart du temps on arrive à traiter le problème.
Les effets d’une séance ne sont pas immédiats : 3 jours ou 1 semaine, 10 jours selon les cas : il faut laisser au corps le temps de se remettre. On appelle ça le temps de rééquilibrage. À la fin d’une séance je ressens si le corps à lâché ou pas. On conseille au maître de bien observer son animal les jours d’après, et on se revoit dans un mois ou pas. 

Il y a aussi les patients qui font du préventif, et viennent une fois par an pour garder, retrouver l’équilibre du corps, prévenir certaines maladies. Quand les animaux sont un peu plus âgés, ils peuvent m’appeler tous les trimestres, ou tous les 6 mois parce que le corps fatigue plus vite. 

 

Comment les animaux réagissent-ils aux séances ?

80% des animaux fatiguent après. Pendant : ça dépend de leur caractère ! S’ils sont anxieux ils vont rester vigilants. Si je viens pour quelque chose de douloureux ils ne vont pas forcément se détendre. Pour les chats c’est parfois plus compliqué. Une fois je n’ai même pas pu faire ma consultation. En arrivant dans la maison les chats étaient enfermés, et quand ils m’ont vue ils sont partis. Des vrais lions ! Ça m’est arrivé 2 fois en 4 ans de ne pas réussir à attraper un chat. Pour eux je pense que mon cabinet sera un lieu plus adéquat parce que neutre, par rapport à leur maison qui est vraiment leur territoire. 

 

Quelles différences dans le traitement entre chien et chat ?

Au niveau des patients, j’ai plus de chiens que de chats. Le chien va plus facilement se blesser, ce qui pourrait expliquer que j’en vois plus. Les chiens sont plus excités, ils se battent plus.
Le chat est plus agile, son corps compense bien. Ce sont de vraies forces de la nature, ils récupèrent super bien ! S’ils tombent du 4 ème étage, ils vont se fracturer à peine 2 petits doigts. 

Dans tous les cas je m’adapte à chaque animal. Dès que je rentre chez un patient, je commence à observer le chien, le chat. Je ne me jette pas sur lui. Je vois comment il fonctionne. Puis je m’approche. En général, le chien va accepter la contention, il a plus de patience, alors que le chat a du mal à se sentir « bloqué », il faut faire plus attention. Le chat est plus sensible au toucher, il faut adopter une approche plus douce. C’est avec l’expérience qu’on est à l’aise. À l‘école on voit des animaux, mais on nous enseigne vraiment la base de la base. On se sent de mieux en mieux en pratiquant. Hier soir, ma dernière consultation était avec une chienne Beauceron super sensible. C’est assez impressionnant comme chien. Il faut savoir l’appréhender, avoir des idées, pour ne pas que ça soit dangereux ni pour elle ni pour moi. 

 

 

Prenez RDV au cabinet ou à domicile au 06 09 27 74 42 ou par mail : mathilde.osteoanimalier@gmail.com 

Retrouvez Mathilde sur son site internet

Sur Facebook  et sur Instagram (notre petit préféré)



On vous fait croquer de la bonne news ?